Ma liberté quand je veux ! - FFCC - La fédération des campeurs, caravaniers et camping-caristes
Ma liberté quand je veux !
Adhérer en ligne

19 février 2019 - Acheter son camping-car d’occasion


Comment vous garantir la pleine réussite de votre projet d’achat d’un camping-car d’occasion. Tout simplement en étant méthodique comme on doit l’être dès qu’on a un projet important à mener.

Étape 1 : La préparation

Tout d’abord, vous devez vous préparer à cet achat. Pourquoi se préparer me direz-vous ? et bien tout simplement pour ne pas vous retrouver perdu lors de vos recherches. Fixez-vous un budget pour l’achat certes mais penser également à tous les à-côtés. Et oui, lors de vos déplacements, les dépenses sont nombreuses entre le carburant, les péages, la restauration, les aires de services et d’accueil. Tout cela à un coup qu’il ne faut pas négliger. Ensuite, inévitablement pensez au financement. Un crédit peut être très alléchant mais méfiez-vous des conditions. Étudiez le bien.  Sachez aussi que si vous payez au comptant, vous ne pourrez donner plus de 1 000 euros en liquide.

Vous devrez également vous projeter dans l’usage que vous souhaitez en faire afin de déterminer le niveau de confort souhaité. Partirez-vous en couple, en famille ou en solo ? Allez-vous beaucoup rouler ? Quel type de voyage envisagez-vous ? De combien de couchage avez-vous besoin, avez-vous besoin de beaucoup de confort ou aimez-vous un côté un peu roots ?... autant de questions nécessaires afin de vous faire une meilleure idée du camping-car qu’il vous faut.

Pensez également au type de permis dont vous devez disposer pour conduire telle ou telle catégorie de véhicule.  Savez-vous où vous pourrez le stationner ? Vérifiez sa longueur et sa largeur qui ont de l’impact tant sur le stationnement que sur la circulation de votre nouveau compagnon de route.

Enfin, choisissez entre vendeurs particuliers et professionnels. Auprès de particuliers, vous aurez souvent des tarifs plus attractifs – quoi que certains sur évaluent leur bien - et une gamme de véhicules beaucoup plus large. Chez un concessionnaire, vous aurez la possibilité de voir plusieurs véhicules d’un coup avec la garantie que tous ont été révisés et contrôlés avant leur mise en vente. Autre avantage, comme vous avez à faire à des professionnels qui soignent leur image et les retours clients, ils auront à cœur de vous aider si vous rencontrer des pépins.

Étape 2 : La recherche

Maintenant que vous savez exactement quel type de véhicule vous recherchez et où vous allez le chercher, il est temps de passer à l’action.

Vous avez consulté les annonces, pris vos rendez-vous et êtes maintenant face à face avec les vendeurs. Vous devez impérativement vérifier les papiers. Dans un premier lieu, demandez le certificat d’immatriculation pour vérifier que tous concordes, plaque d’immatriculation et numéro de série. Demandez également le certificat de non-gage appelé désormais certificat de situation administrative. Si le camping-car a plus de 4 ans, demandez le rapport de contrôle technique, c’est obligatoire. Il devra avoir moins de 6 mois au moment de la demande carte grise. Exigez également le carnet d’entretien et les certificats de contrôle d’étanchéité ; Il faut savoir que sans eux la garantie de 12 ans ne pourrait fonctionner car ces contrôles sont obligatoires tous les ans.

Une fois ces aspects administratifs balayés, passons au véhicule lui-même. D’abord le porteur, comme lorsque vous faites un état des lieux lors d’une location, faites minutieusement le tour du véhicule. Tout doit y passer, détectez bosses, rayures, fêlures ou tout ce qui pourrait être abimé. Prenez votre temps, prenez des notes s’il le faut, montrez au vendeur, demandez des explications. Soulevez le capot, partez à la recherche d’éventuelles fuites, inspectez les durits et les injecteurs. Regardez sous le châssis, le sous-plancher et les portillons. Toutes suspicions de fuites doivent être indiquées. Quant à la partie cellule, regardez dans tous les recoins et sentez, reniflez les odeurs de moisissure ou d’humidité. Vous devez sentir que l’air est sain et sec. Regarder l’ensemble des éléments de rangement, ouvrez les placards et tiroirs, refermez les, soulevez les matelas, inspectez chaque recoin, faites fonctionner la douche, les toilettes, les robinets, le frigo, les plaques, télévision, le chauffe-eau… tous les éléments intérieurs. Regardez la sellerie, y êtes-vous à l’aise, quel « tête » à le tableau de bord, la table se plie-t-elle aisément, se met-t-elle comme il faut facilement, quid des éclairages, tout fonctionne-t-il à merveille ? Enfin, jetez un œil à la soute, aux lyres et aux bouteilles de gaz.

Enfin, essayez-le ! Vous devez vous sentir parfaitement à l’aise au volant et en mode passager. Vérifiez que vous avez bien le nombre de ceintures de sécurité dont vous avez besoin et que ce nombre est conforme à celui indiqué sur la carte grise. Pour commencer, vous pouvez demander au propriétaire de conduire pour voir comment il s’en sert et constater plus attentivement d’éventuels bruits suspects. Durant votre essai, faites des tests de freinage, lâchez le volant pour vérifier la direction, veillez à ce qu’il ne hoquète pas ou n’ait pas d’hésitation à l’accélération. Tous ces points sont des points de sécurité à vérifier indiscutablement.  

Vous vous sentez prêts à acheter, une dernière chose avant de signer, si vous achetez chez un professionnel, la couverture de la garantie qu’il vous propose. Toutes ne se valent pas. Soyez vigilant.

Étape 3 : L'achat

Maintenant que vous êtes décidé, prenez un moment pour vous poser. Peut-être le prix du véhicule est-il trop élevé ? Si vous le pensez, engagez une négociation pour le faire baisser ou obtenir des avantages types poses d’accessoires gratuits suivant les arguments que vous allez avancer. Maintenant, vous pouvez procéder au paiement. Nous vous déconseillons le paiement en espèce qui de toute façon est limité à 1 000 euros. Il ne laisse pas de traces. Privilégiez le chèque de banque avec un particulier. Attention, son émission demande un petit délai qu’il faut prévoir pour prévenir l’acheteur. Vous pourrez aussi passer par un site comme depopass.com ou paycar.fr qui prennent le rôle de tiers de confiance en échange d’une commission.

Auprès d’un professionnel, plusieurs options également : Vous pouvez payer au comptant par carte bancaire en ayant pris soin de prévenir votre banque ou vous pouvez vous engager sur un crédit. Dans ce cas, n’hésitez pas à faire jouer la concurrence.

Avant finalisation de l’achat, pensez toujours à contacter votre assurance pour établir une carte verte provisoire. Comme pour le crédit, là aussi, faites jouer la concurrence.

Concernant le certificat d’immatriculation, vous pourrez confier au professionnel le soin de s’en occuper pour vous. Si vous achetez auprès d’un particulier, vous pourrez faire directement la démarche sur le site ants.gouv ou vous rapprocher d’un professionnel habilité. Rendez-vous sur le site service-public.fr pour obtenir toutes les démarches, la liste des documents à fournir et des professionnels habilités pour l’immatriculation des véhicules ainsi que le coût.

Après toutes ces démarches, profitez ! Vous voici l’heureux propriétaire du camping-car que vous avez imaginé. Prenez en grand soin autant pour votre usage personnel que dans l’optique de la revente.

Sources : Camping-Car Magazine n° 316 – service-public.fr.

Facebook Twitter Google Plus email Imprimer
©2002-2019 FFCC, 78 rue de Rivoli 75004 PARIS
Tél. : 0 890 21 43 00 (0,50 €/min + prix appel). Ligne dédiée (non surtaxée) pour les adhérents dans leur espace.
Réalisation Optima-Lab - Conception graphique Arev Com'
FICC - Fédération Internationale de Camping, Caravanning et Autocaravaning FIA - Fédération Internationale de l'Automobile Rendezvousenfrance.com, site officiel du tourisme en France UNAT - Union nationale des Associations de Tourisme et de plein air CLC - Comité de Liaison du Camping-car